La véritable histoire de la Llorona du Mexique - 1

Depuis le Mexique colonial jusqu'à aujourd'hui, La Llorona fait référence à une légende qui a pour protagoniste une femme aux cheveux longs qui, vêtue de blanc, apparaît la nuit, parfois au carrefour des routes, appelant à ses enfants avec des cris déchirants et des lamentations.

La Llorona est, sans aucun doute, l'une des légendes les plus fortes de notre pays. Il est très fortement associé à la culture mexicaine, car son apparition est liée aux présages qui ont annoncé l'arrivée des Espagnols dans l'ancien Mexique, ce dont je vous parlerai plus tard.

Cependant, La Llorona a des parallèles loin de la vallée de l'Anahuac. Il existe des divinités mayas, zapotèques et purespecha dont les caractéristiques sont très similaires à celles de Cihuacóatl - la déesse à laquelle le mythe est associé dans les territoires nahuatl.

Le meilleur exemple en est le Xtabay, un esprit féminin qui traque les hommes sur les routes de la péninsule du Yucatan et qui a ses racines dans le panthéon des dieux mayas. Il convient de noter que bien que des personnages comme le Xtabay aient des racines dans la cosmogonie des anciennes cultures méso-américaines, la conversion de La Llorona en légende populaire ne s'est pas produite avant l'époque coloniale.

Les origines de la légende

La légende de La Llorona telle qu'on la connaît aujourd'hui - une âme en peine qui erre dans les rues à la recherche de ses enfants - trouve son origine dans le Mexique du milieu du XVIe siècle. De nombreux chroniqueurs de l'époque racontent l'histoire d'une femme qui marchait dans les rues de la ville à la tombée de la nuit, toujours vêtue de blanc et avec un voile couvrant son visage.

Sa marche était marquée par les cris pitoyables qu'elle lançait en l'air à la recherche de ses enfants. La Llorona faisait un pèlerinage chaque soir dans des rues différentes, mais on dit que sa marche l'amenait invariablement à traverser la Plaza Mayor - l'actuel Zócalo - vers l'est de la ville. Au-delà de la place se trouvait l'endroit où la figure fantomatique se perdait en s'enfonçant dans les fissures du lac qui s'étendait encore dans la zone centrale de la ville.

Cependant, les antécédents de ce personnage sont beaucoup plus anciens, à tel point qu'ils se perdent dans les mythes préhispaniques et sont basés sur diverses représentations de déesses mères comme Cihuacóatl, Coatlicue ou Tonantzin.

Cihuacóatl a commencé à apparaître dans le lac Texcoco vers l'an 1500. Les prêtres qui étaient compétents en astrologie interprétaient leur présence comme une prémonition des prochains événements qui allaient arriver aux Mexicains. La mort, la guerre et l'esclavage, Moctezuma craignait le pire. Les prêtres ont dit que Cihuacoatl était sorti des eaux et de la montagne pour empêcher le sort du Mexica.

Ils montaient toujours au sommet du temple et pouvaient voir vers l'est une figure blanche, aux cheveux peignés de telle sorte qu'elle semblait avoir deux petits ergots sur le front, traînant ou faisant flotter une caudale de tissu si vaporeuse qu'elle ondulait au gré du vent et de son cri déchirant : Où les emmènerai-je pour échapper à un tel sort ?

La véritable histoire de la Llorona du Mexique - 2

Après la conquête, changement de paradigme

Après la conquête, les prêtres interprétèrent cette légende comme un avertissement de la destruction précoce de l'empire Mexica : cette apparition fantomatique qui remplit de terreur le peuple de la grande Tenochtitlan fut Cihuacoatl lui-même, annonçant à Moctezuma la destruction de l'empire. Fray Bernardino de Sahagún y fait également référence dans son "Histoire générale de l'histoire de la Nouvelle Espagne" (également appelée le Codex florentin) et est cité par Miguel Leon Portilla dans "La vision des vaincus" :

Des hommes plus étranges, plus sages et plus âgés que nous viendront par l'Est et soumettront votre peuple et vous-même, et vous et les vôtres aurez beaucoup de larmes et de grandes peines et votre race disparaîtra dévorée et nos dieux humiliés par d'autres dieux plus puissants.
Des dieux plus puissants que notre Dieu Huitzilopochtli, et le grand destructeur Tezcatlipoca et nos formidables dieux de la guerre et du sang ? - a demandé Moctezuma, baissant la tête de peur et d'humilité.
C'est ce que disent les prédictions, c'est pourquoi Cihuacoatl erre dans l'Anahuac, pleurant et traînant des peines, criant pour que ceux qui peuvent entendre entendent les malheurs qui vont bientôt arriver à l'Empire.
Source : "Vision des vaincus. Les relations indigènes de la conquête", Miguel León Portilla.

Ces hommes de l'Est étaient les Espagnols dirigés par Hernan Cortes, et ils ont soumis la grande Tenochtitlan et avec la chute de tous les peuples, ont subi les atrocités des envahisseurs. Epidémies, hommes tués, femmes violées, et leurs dieux oubliés... sauf pour Cihuacoatl (La llorona).

C'est ainsi que commence la légende. On raconte qu'au coup de minuit, une femme vêtue de blanc et le visage recouvert d'un voile très léger s'approche de l'ouest. Elle va d'une rue à l'autre. Certains disent qu'elle flotte, d'autres disent qu'elle n'a pas de visage. La seule chose que vous entendez est le gémissement de "Oh, mes enfants !"

Cihuacóatl présente trois aspects caractéristiques :

  • Les cris et les gémissements de la nuit.
  • La présence de l'eau, puisque Aztlan et le grand Tenochtitlan en étaient tous deux entourés - les deux sites étaient donc reliés non seulement par des coïncidences physiques mais aussi mythiques.
  • Et d'être le patron du cihuateteo qui, la nuit, crie et rugit dans les airs. Ce sont les femmes qui meurent en couches, qui descendent sur terre certains jours du calendrier qui leur sont consacrés, pour faire peur à la croisée des chemins et qui sont fatales aux enfants.

A lire aussi ...