Des têtes de mort révèlent la vérité sur les cannibales des Caraïbes - 1

Lorsque Christophe Colomb est arrivé dans ce qui est aujourd'hui les Bahamas pour son premier voyage en Amérique, il a rencontré un peuple "doux et d'une grande simplicité", dont les membres marchaient nus et recevaient volontiers des bibelots en échange d'or. C'étaient les paisibles Tainos, habitants de ce qui semblait être le paradis perdu sur terre.

Cependant, lorsque l'amiral s'est rendu sur la belle île de Guadeloupe, il a reçu un accueil beaucoup plus hostile. Dans ses récits, il décrit des hommes féroces, habiles à l'arc et aux flèches, qui aimaient dévorer la chair de leurs semblables. Ils gardaient des os humains dans des paniers, et des têtes et des jambes saignantes étaient suspendues aux chevrons de leurs maisons, disent les chroniques espagnoles.

Seize points de repère anatomiques homologues utilisés dans cette étude

Christophe Colomb entend dire que les bons Taïnos vivaient dans la terreur de ces pillards et, peut-être poussé par son intérêt à trouver des signes de peuples orientaux, il interprète leur nom comme "canibas", les sujets asiatiques du Grand Khan. Quelques décennies plus tard, ses successeurs espagnols l'ont corrigée en faveur des Caraïbes, des Indiens du continent, des côtes du Venezuela, de la Colombie et du Guyana.

Ce sont eux à qui l'on attribue l'anthropophagie, peut-être pour des raisons rituelles, pour s'approprier la force de l'ennemi, ou peut-être pour le plaisir. Cependant, les archéologues pensaient que ces gens n'avaient jamais atteint les Bahamas, plaçant leur avant-poste le plus proche à près de 1 600 km au sud. Beaucoup ont donc pensé que les macabres histoires espagnoles sur les Caraïbes n'étaient que des mythes.

"Colomb avait raison"

Une nouvelle étude morphologique de plus de 100 crânes datant des années 800 à 1542 et appartenant aux premiers habitants des Caraïbes suggère que Colomb aurait pu dire la vérité. L'analyse, publiée dans "Scientific Reports", a révélé que les Caraïbes ont envahi la Jamaïque, l'Hispaniola et les Bahamas, renversant un demi-siècle d'hypothèses selon lesquelles ils n'ont jamais été plus au nord que la Guadeloupe et donnant du crédit aux affirmations du navigateur.

"J'ai passé des années à essayer de prouver que Colomb avait tort alors qu'il avait raison : il y avait des Caribes dans le nord des Caraïbes quand il est arrivé", reconnaît William Keegan du Florida Museum of Natural History (USA) et co-auteur de l'article. "Nous allons devoir réinterpréter tout ce que nous pensions savoir", dit-il.

Ann Ross, professeur de sciences biologiques à l'université d'État de Caroline du Nord et auteur principal de l'étude, a utilisé des "points de repère" faciaux en 3D, tels que la taille de l'orbite ou la longueur du nez, pour analyser les crânes. Ces points peuvent agir comme un marqueur génétique pour déterminer les relations entre les personnes. "Nous savons que les Caribes s'entraînaient à aplatir le crâne pour produire des traits particuliers. C'est assez facile à détecter. Mais pour vraiment suivre une population, il faut tenir compte des caractéristiques héréditaires, des choses qui sont transmises génétiquement", explique le chercheur.

Des têtes de mort révèlent la vérité sur les cannibales des Caraïbes - 2

Trois vagues de migration

L'analyse a révélé non seulement l'existence de trois groupes différents de personnes dans les Caraïbes, mais aussi leurs itinéraires de migration. La première vague de migration a eu lieu du Yucatan vers Cuba et les Antilles, ce qui confirme une hypothèse antérieure basée sur les similitudes des outils en pierre. La deuxième vague d'Arawaks (un groupe qui comprend les Tainos) est venue des côtes de Colombie et du Venezuela jusqu'à Porto Rico entre 800 et 200 avant J.-C., un voyage également documenté dans la céramique.

Mais, et c'est la partie la plus passionnante pour les auteurs, il y a eu une troisième vague de migration inconnue jusqu'à présent. Les premiers habitants des Bahamas et d'Hispaniola ne venaient pas de Cuba, comme on le pense généralement, mais du nord-ouest de l'Amazonie : c'étaient les Caraïbes. Vers 800, ils se sont dirigés vers le nord, vers Hispaniola et la Jamaïque, puis vers les Bahamas, où ils étaient déjà bien établis à l'arrivée de Christophe Colomb. Pour Ross, cette connaissance "va changer la perspective sur les peuples et les populations des Caraïbes.

Cette découverte permet de comprendre pourquoi un autre type de poterie appelé meillacoïde apparaît à Hispaniola en l'an 800, en Jamaïque cent ans plus tard et aux Bahamas au cours du premier millénaire. Cette culture peut être liée à l'expansion des Caraïbes.

Effrayer les ennemis

Les histoires de cannibalisme étaient-elles donc vraies ? "Peut-être", dit Keegan. Les Arawaks et les Caribes étaient des ennemis, mais ils vivaient souvent côte à côte avec des mariages occasionnels avant que des querelles n'éclatent, une sorte de rivalité sanglante entre les familles. "Peut-être qu'il y a eu du cannibalisme.

Si vous avez besoin d'effrayer vos ennemis, c'est une très bonne façon de le faire", dit le chercheur. La vérité est qu'il n'est pas évident qu'ils se soient mangés. Certains historiens affirment qu'ils n'organisaient des cérémonies que pour honorer des parents décédés ou de braves ennemis.

Qu'elle soit exacte ou non, la perception européenne selon laquelle les Caraïbes étaient cannibales a eu un impact énorme sur l'histoire de la région. La monarchie espagnole a d'abord insisté pour que les Indiens soient payés pour leur travail et traités avec respect, mais elle a changé d'avis après avoir reçu des informations selon lesquelles ils refusaient de se convertir au christianisme et mangeaient de la chair humaine.

La couronne a dit : "Eh bien, s'ils se comportent de cette façon, ils peuvent être réduits en esclavage", note Keegan. Cela explique, poursuit-il, pourquoi "tout d'un coup, tous les autochtones des Caraïbes sont devenus des Caribes pour les colons".

A lire aussi ...