Les squelettes géants de Crimée - 1

Les archéologues russes ont trouvé une nécropole avec plusieurs dizaines de tombes avec des squelettes géants datant de l'Empire byzantin. L'information a été divulguée à RG par Vladimir Frolov, chef adjoint du département de protection des monuments du Musée historique et culturel de Crimée orientale, selon la RT.

La découverte a été faite lors de fouilles près des escaliers de Mithridates dans la ville portuaire russe de Kertch, sur la côte est de la péninsule de Crimée. Actuellement, les chercheurs ont trouvé un total de 27 tombes.

Des tombes de géants enterrés il y a 1000 ans ont été découvertes en Crimée (Institut d'archéologie, Académie des sciences de Russie).

Selon Frolov, leur taille atteint 2 mètres et 30 centimètres de long, tandis que les squelettes trouvés à l'intérieur font environ 1,8 mètre de long. À l'époque byzantine, a dit l'historien, la taille moyenne d'un adulte était d'environ 1,6 mètre.

Pour l'instant, les spécialistes n'ont pas trouvé d'explication à cette anomalie, mais ils espèrent qu'un examen plus approfondi des restes par des anthropologues permettra de faire la lumière sur ce mystère.

Les tombes atteignent 2,30 mètres (Image illustrative - Institut d'Archéologie, Académie des Sciences de Russie).

"Le plus surprenant est que l'on y enterre les mêmes personnes qui ont visité le temple de Jean-Baptiste, construit à Kertch au VIIIe siècle après J.-C.", a-t-il noté.

Des boucles d'oreilles et des bracelets en bronze, des restes de vêtements en feutre, des fragments d'une ceinture en cuir et des cheveux humains ont également été trouvés sur le site. Ce sont ces découvertes qui ont permis de dater cette nécropole du XIe au XIIIe siècle après J.-C.

Les squelettes géants de Crimée - 2

Les squelettes géants : le vrai du faux

Les géants sont-ils de simples protagonistes de légendes, d'histoires fantastiques et de fraudes monumentales ou, au contraire, leur existence était réelle et leurs exploits font partie de la mémoire collective de l'humanité et sont basés sur des faits réels ? Ma prétention est de répondre à cette question, mais il avance que dans l'exégèse des géants, la ligne qui sépare la science de la fiction ne semble pas être distinguée avec beaucoup de clarté.

Il existe de nombreux récits de géants qui se situent à cheval entre la légende et la tradition historique et qui mélangent les anciennes croyances et l'histoire réelle, parfois déformés par une perception mythologisée des peuples auxquels ils ont été confrontés et, à d'autres moments, modifiés ou même inventés de manière préméditée dans l'intention de tromper.

C'est ce qu'a bien exprimé Titus Livy (59 av. J.-C. - 17 ap. J.-C.) dans son livre Ab Urbe condita (De la fondation de la ville) lorsqu'il a déclaré : "C'est le privilège de l'antiquité de mélanger les choses divines et humaines, de rendre les origines des villes plus augustes par l'intervention des dieux...". La renommée et l'admiration de nombreux peuples pour les géants les ont amenés à faire partie de leurs mythes et légendes.

Nous avons déjà laissé quelques annotations sur la mythologie des géants (Faro de Vigo, 02.03.2014), mais son prolongement s'avère inabordable. Ainsi, dans le folklore médiéval français, Gargantua est un personnage ancien, qui s'est lancé dans la littérature au XVIe siècle, tandis que Pantagruel est un type littéraire créé exclusivement par le médecin et humaniste français François Rabelais (1494 - 1553), bien qu'il soit devenu si connu que son nom a été utilisé de manière courante, comme il apparaît dans les livres Gargantua et Pantagruel.

Il est même possible que certaines des légendes de Gargantua, recueillies au XIXe siècle et plus tard dans la première moitié du XXe siècle, aient été influencées par l'œuvre de Rabelais, mais il ne fait aucun doute que ni Rabelais ni les chroniques gargantuesques du XVIe siècle n'ont créé un personnage dont l'origine est beaucoup plus ancienne et dont la première forme est difficile à cerner. Gargantua est le prototype du constructeur géant et de nombreuses œuvres ou caractéristiques géographiques portent son nom.

Parmi beaucoup d'autres, il est responsable de l'apparition de la montagne Colomby de Gex, pour laquelle il a fait une excavation d'où est sorti le lac Léman en Suisse, ou de la Seine elle-même, de sorte que le premier endroit où elle coule est connu sous le nom de Gargas ou Gargan. La renommée et l'admiration des Français pour ce géant étaient telles que l'Église a tenté d'effacer sa marque, en consacrant les lieux qui se souvenaient de son nom ou en créant des saints comme Saint Gordon de Nicomédie ou Saint Christophe.

La tradition universelle associe les monuments mégalithiques aux tombes de géants, de sorte qu'en basque, ils sont appelés Mairuen baratza (jardin des géants) et au Portugal, Antas (tombe du géant). Toutefois, il n'existe aucune preuve archéologique pour confirmer cette interprétation. En Galice, l'Olláparo est un géant cyclopéen, féroce, sauvage, vorace et anthropophage qui vit dans des grottes situées dans les forêts et les montagnes, notamment à Lugo et Ourense. Dans d'autres légendes, l'Olláparo aurait deux yeux, l'un situé au milieu du front et l'autre dans la nuque, qui ressembleraient à Balor, un des formorés de la mythologie celtique de l'Irlande. Il y a aussi les Olláparas, dont on dit qu'ils sont encore plus terribles que leurs homologues masculins.

A lire aussi ...