Les mythes les plus obscures de Satan - 1

Feu, cornes et trident. Le Diable de la tradition chrétienne a fini par devenir une forme presque parodique, qui ne correspond ni à ce que la Bible dit de lui (le texte cite Satan 36 fois et le Diable 33 fois) ni au mythe de l'ange déchu qui a défié Dieu. L'Église elle-même trouve ces sujets désagréables et ne s'y attarde généralement pas.

Lucifer, le diable et Satan sont-ils la même chose ?

Le mot "démon" ou "daemon" vient du grec "demon" (génie), un être surnaturel décrit comme quelque chose qui n'est pas humain et qui est généralement malveillant. Cependant, la connotation négative est une chose que diverses religions du Moyen-Orient ont ajouté au concept de démon au cours des siècles.

Dans l'Ancien Testament, l'adversaire de Dieu est appelé "Satan", ce qui signifie littéralement ennemi ou adversaire. Paradoxalement, le Satan reflété dans les plus anciennes strates de la Bible n'a rien à voir avec les anges déchus, ni avec les démons ordinaires, ni avec l'origine du mal... il est simplement un ange aux ordres de Yahvé chargé de certaines tâches désagréables. C'est plus tard dans le récit que Satan occupe la position de l'anti-pouvoir par rapport au Dieu Créateur, bien que l'existence de cet anti-pouvoir soit déjà intuitive dans la Genèse.

Dans le Nouveau Testament, Satan est appelé "Diable", qui vient du verbe grec "diaballo" (accuser). Les autres noms de Satan sont Légion, Prince des démons, Belzébuth, Père du mensonge, Pécheur depuis le début, Tentateur, Mal, Esprits maléfiques, Esprits impurs, Seigneur de la mort, Dragon, Serpent de l'ancien temps, Bélial, Dieu de ce monde, Pouvoir des ténèbres, Séducteur du monde entier, Ange de Satan, ou Accusateur.

Lucifer, en revanche, n'est pas mentionné dans l'Ancien Testament, du moins pas directement, ce qui signifie "étoile du matin" ou "celui qui porte la lumière". Selon les textes du célèbre exorciste, le père Gabriele Amorth, Lucifer serait le nom propre du deuxième plus important démon de la hiérarchie démoniaque. Cependant, pour le christianisme, Satan et Lucifer sont la même chose.

Qui est l'ange déchu ?

Selon la tradition chrétienne, Lucifer représente l'ange déchu, un exemple de beauté et de sagesse, dont l'orgueil l'a conduit dans les ténèbres. Dans la ligne de la pensée de saint Thomas, le péché d'orgueil consistait à prétendre obtenir la béatitude surnaturelle non pas comme un don gratuit de Dieu, c'est-à-dire par sa grâce, mais par sa propre force.

Depuis sa rébellion au cours de laquelle il a traîné le tiers des anges (Apocalypse 12:4), il est appelé l'adversaire de Dieu, bien que désigner Lucifer comme Satan soit une invention chrétienne provenant - selon Antonio Piñero, professeur de philologie grecque à l'Université Complutense - "d'une exégèse particulière des Pères de l'Eglise sur un passage d'Isaïe, plus précisément 14:12 5".

"Comme tu es tombé des cieux, ô Lucifer, fils de l'Aurore ! Tu as été jeté à terre, ô chef des nations ! Toi qui avais dit en ton cœur : "Je monterai au ciel, j'élèverai mon trône au-dessus des étoiles de Dieu, je m'assiérai sur la Montagne de la rencontre... Je monterai au sommet des nuages, je serai comme le Très-Haut". Maintenant ! Au shéol (monde souterrain), vous avez été jeté au fond du puits", a écrit Isaïe pour célébrer la mort du roi assyrien Sargon II. La référence au roi comme "Lucifer, fils de l'Aurore" a été comprise par les Pères de l'Eglise comme un nom pour le Diable.

Dans le christianisme, les deux concepts sont aujourd'hui similaires, avec la différenciation généralisée selon laquelle Lucifer est le nom du "Prince des Démons" avant sa chute ; et le nom "Satan" est celui qu'il a adopté après sa chute.

Les mythes les plus obscures de Satan - 2

Où habite le diable ?

Selon le livre de l'Apocalypse, le Christ vaincra Satan et l'enverra dans une prison (l'enfer) "afin qu'il ne trompe plus les nations" et n'ait plus accès au ciel ni à la terre. Pour la plupart des auteurs, l'hypothèse selon laquelle Satan règne ou demeure comme roi de l'enfer n'a aucun fondement biblique. Quand il partira, il partira en tant que prisonnier et non en tant que roi. L'image du diable en tant que monarque infernal est largement basée sur les écrits littéraires, en particulier Dante et Milton, qui met dans sa bouche la phrase de "Paradis perdu" selon laquelle "il vaut mieux régner en enfer que de servir au ciel".

L'hypothèse selon laquelle Satan règne ou demeure comme roi de l'enfer n'a aucun fondement biblique. Mais qu'est-ce que l'enfer pour les chrétiens ? Le mot enfer vient du latin infernun qui signifie "inférieur" et qui, dans la plupart des religions monothéistes, représente le lieu où les âmes des morts sont torturées en punition des péchés qu'ils ont commis dans la vie. Dans ce même livre, on trouve des références à la damnation avec des images de la chute "jetée dans l'étang (ou le lac) de feu brûlant de soufre". Cette matière est récurrente lorsqu'on parle de l'enfer chrétien, qui associe le soufre à la destruction et au châtiment ainsi qu'à la purification de l'âme.

Quel est le but du diable ?

Le Nouveau Rituel des Exorcismes promulgué en 1998 comprend un résumé de la doctrine de l'Eglise catholique sur Satan qui explique que parmi les créatures angéliques au service du plan divin apparaissent "quelques déchus, appelés aussi diaboliques, qui, opposés à Dieu et à son œuvre et sa volonté salvatrices accomplies dans le Christ, tentent d'associer l'homme à leur propre rébellion contre Dieu".

Le but du Diable est de séduire le monde entier par le mensonge et de "faire la guerre à ceux qui gardent les commandements de Dieu". Sa force se manifeste comme "la puissance des ténèbres", car il déteste la Lumière, qui est le Christ, et entraîne les hommes dans ses propres ténèbres". L'intention du Malin est de nous empêcher de "vivre pour Dieu" (Rm 14, 8).

Pourquoi Dieu lui permet-il d'exister ?

Le numéro 22 de Cuaderno Humanitas, magazine d'anthropologie et de culture chrétiennes, consacré à Satan et à son œuvre, affirme que "le Diable et les démons ne sont pas des maux absolus mais des êtres qui ont une racine de bien reçue de Dieu, mais radicalement déformée par un acte libre qui les a placés irrévocablement en position de rébellion contre Dieu". Satan n'est qu'une créature, puissante parce qu'elle est un pur esprit, mais seulement une créature : "il ne peut empêcher l'édification du Royaume de Dieu". En ce sens, ce même texte précise que pour les chrétiens "le fait que Dieu permette une activité diabolique est un grand mystère, mais nous savons que Dieu intervient en toutes choses pour le bien de ceux qui aiment".

A lire aussi ...