Les différentes méthodes d'exécution à travers l'Histoire - 1

Un peu d'histoire

Au cours du XVIIIe siècle, on a commencé à rechercher des formes d'exécution plus efficaces. La mort prolongée et douloureuse, jusqu'alors prévue et donc appliquée pour alourdir la peine, ou souvent due à des méthodes d'exécution inefficaces ou au manque de compétence du bourreau, a commencé à dégoûter la société.

L'invention de la guillotine et son adoption dans la France révolutionnaire ont poursuivi ce but humanitaire, pour hâter la mort et la rendre, autant que possible, indolore. Il en va de même pour l'adoption et l'amélioration de la potence en Angleterre et de la garrotte en Espagne.

L'adoption et l'amélioration de l'un ou l'autre système seront également une source de fierté nationale, chacun défendant sa bonté contre les méthodes des autres nations. La poursuite de ce débat conduira plus tard, à la fin du XIXe siècle, à l'invention de la chaise électrique aux États-Unis (1890).

Elle a été suivie par l'invention de la chambre à gaz, utilisée pour la première fois au Nevada (1924), inspirée par l'utilisation de gaz asphyxiants pendant la Première Guerre mondiale. Enfin, l'utilisation de l'injection létale a été introduite (approuvée en 1977 et appliquée pour la première fois au Texas en 1982).

À la fin du XVIIIe siècle, l'homogénéisation des méthodes d'exécution dans un même pays a également mis fin aux différents châtiments selon la catégorie sociale du condamné, dans la mesure où, jusqu'alors, il était courant que certains systèmes d'exécution soient considérés comme infâmes et d'autres comme dignes, étant appliqués selon le statut social du condamné (noble, bourgeois, paysan, esclave, femme), ou selon le type de crime commis. C'était l'un des objectifs poursuivis par les partisans de la guillotine, d'appliquer un système d'exécution, aussi efficace et rapide que pour tout citoyen français condamné à la peine capitale.

Souvent, dans la plupart des pays, l'armée serait laissée en dehors de cette homogénéisation, dans laquelle, en général, le peloton d'exécution prévaudrait, et prévaudrait encore.

De nos jours

Aux niveaux national et international, le droit à une représentation juridique est inscrit dans la plupart des constitutions et des instruments relatifs aux droits de l'homme. Malheureusement, les systèmes judiciaires du monde entier violent ce droit à plusieurs reprises et ne fournissent pas aux personnes accusées d'un crime une représentation juridique adéquate.

Tout en œuvrant à l'abolition totale et complète de la peine de mort dans le monde entier pour tous les crimes, il est essentiel d'alerter la société civile et la communauté internationale sur la nécessité pour les personnes condamnées à des peines d'exécution cruelles, inhumaines et dégradantes d'avoir au moins accès à une représentation juridique effective à tous les stades de la procédure judiciaire. Cette aide juridique peut fournir une protection de base, soit pour éviter la condamnation, soit pour faire appel du verdict.

La peine de mort en pratique :

  • 106 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes
  • 8 pays ont aboli la peine de mort uniquement pour les crimes de droit commun
  • 28 pays sont abolitionnistes de fait
  • 56 pays sont rétentionnistes
  • En 2019, les 5 pays qui ont procédé au plus grand nombre d'exécutions sont la Chine, l'Iran, l'Arabie Saoudite, l'Irak et l'Egypte.

De nombreux pays dans le monde autorisent la peine de mort, une mesure controversée et critiquée par les défenseurs des droits de l'homme.

Le peloton d'exécution et le peloton d'exécution sont les plus développés. La pendaison apparaît dans les systèmes juridiques de 78 pays et le tir dans 86 pays.

Lorsque les deux méthodes sont prévues, le tir est souvent réservé aux infractions commises en temps de guerre ou aux condamnations à mort prononcées par les tribunaux militaires. Ces chiffres incluent les pays où la peine de mort reste en vigueur mais n'est plus appliquée.

La pendaison

Le prisonnier est pendu par une corde attachée autour du cou et meurt sous l'effet de la force de gravité exercée par le poids du corps. La perte de conscience et la mort sont causées par une lésion de la moelle épinière ou, si cela ne suffit pas, par une strangulation due à une constriction de la trachée.

Peloton d'exécution

L'exécution est effectuée par un seul sujet ou par un peloton d'exécution. Le prisonnier meurt d'une ou de plusieurs des causes suivantes : blessure aux organes vitaux, tels que le cœur, blessure au système nerveux central ou hémorragie.

Les différentes méthodes d'exécution à travers l'Histoire - 2

Electrocution

L'électrocution est apparue aux États-Unis en 1888, en prétendant qu'elle serait plus humaine que la pendaison. La procédure est la suivante : après avoir attaché le prisonnier à une chaise spécialement conçue à cet effet, les bourreaux fixent des électrodes de cuivre mouillées à la tête et à la jambe du condamné, qui ont été rasées pour assurer un bon contact entre les électrodes et la peau. Des chocs électriques puissants sont appliqués pendant de courtes périodes. La mort résulte d'un arrêt cardiaque et d'une paralysie respiratoire.

Injection létale

Cette méthode d'exécution implique l'injection intraveineuse continue d'une quantité létale d'un barbiturique à action rapide en combinaison avec un produit chimique paralysant. Au Texas, l'un des 19 États des États-Unis où l'exécution est réalisée par injection létale, trois substances sont utilisées ensemble : le thiopentate de sodium, le bromure de pancuronium et le chlorure de potassium.

Exécution par gaz

Le condamné est attaché à une chaise dans une chambre étanche ; un stéthoscope relié à des écouteurs dans la salle des témoins voisine est attaché à sa poitrine pour qu'un médecin puisse suivre l'exécution. Du gaz cyanure est libéré dans la chambre, empoisonnant le prisonnier à mesure qu'il respire.

Décapitation

Selon la méthode utilisée en Arabie Saoudite et au Qatar, et prévue dans la législation de la République arabe du Yémen et des Émirats arabes unis, la tête est séparée du tronc par un coup de sabre.

Lapidation

L'exécution par lapidation est généralement effectuée alors que le prisonnier est enterré jusqu'au cou ou autrement ligoté. La mort peut être causée par des lésions cérébrales, l'asphyxie ou une combinaison de blessures. Parce qu'une personne peut supporter des coups sévères sans perdre conscience, la lapidation peut entraîner une mort lente.

A lire aussi ...