Les 10 chansons les plus utilisées pour des funérailles - 1

David Bowie, Glenn Frey, Black, Maurice White et ainsi de suite. Je suis resté avec Miguel Angel Abelán, avec celui qui était "comme mon frère", Miguel Angel Abelán. Miguel Angel. Tant de décès d'affilée m'ont incité à rassembler dix magnifiques chansons, parfaites pour un enterrement. Des souvenirs, des anges, des cieux, des souvenirs et des mélodies éternels.

YOU´LL NEVER WALK ALONE (DORIS DAY-GERRY AND THE PACEMAKERS)

Personne n'avait prévu que lorsque Rodgers et Hammerstein ont écrit cette chanson pour leur comédie musicale "Carousel" en 1945, il y a presque 60 ans, elle allait devenir l'hymne de football de Liverpool et l'une des chansons préférées pour tout enterrement dans le monde occidental. Ma version préférée est celle de Doris Day, mais la plus célèbre est signée par les "Liverpudlians" Gerry et les Pacemakers, en pleine "beatlemania" dans les années 60.

CANDLE IN THE WIND (ELTON JOHN)

Keith Richards a accusé Elton John de ne pouvoir écrire des chansons que pour les blondes mortes - Marilyn et Lady Di- et de faire fortune grâce à elles. Mais la vérité est que Bernie Taupin, le créateur des paroles, ne voulait que montrer de la pitié pour Norma Jean, violée par le "star system" hollywoodien. C'est une super chanson, qui a été incluse sur ce qui est peut-être le plus grand album d'Elton John de tous les temps, "Goodbye Yellor brick Road", une allusion au "Magicien d'Oz". Il détient toujours le record mondial du single le plus vendu de l'histoire, dans sa deuxième version, quand Elton John l'a chanté aux funérailles de Lady Di.

UNFORGETTABLE (NAT KING COLE)

C'est drôle, car cette énorme chanson était censée s'appeler "Uncomparable", mais les éditeurs de la mélodie mais les éditeurs de la mélodie ont demandé à l'auteur Irving Gordon de la changer pour le nom que nous lui connaissons, merveilleusement chantée par Nat King Cole, avec un arrangement exceptionnel de Nelson Biddle, en 1951, juste avant que Frank Sinatra ne mette également les pieds dans les studios du Capitole à Hollywood. Natalie Cole a fait un duo imbattable avec la version de son père. Aujourd'hui, les deux versions se complètent lors des funérailles dans le monde entier.

TEARS IN HEAVEN (ERIC CLAPTON)

Eric a toujours admis qu'il n'avait pas écrit la musique de "Tears in Heaven" à cause de la mort de son fils Connor, tragiquement tombé d'un gratte-ciel à New York. L'auteur des paroles, Will Jennings, a écrit la poésie pour la chanson de Clapton et un film intitulé "Rush", un drame réalisé par Lili Zanuck, la femme du producteur Richard Zanuck. Mais tout s'est mis en place. Le film et la mort de Connor. La mélodie et les accords ressemblent trop à "Wondeful Tonight", une chanson que Clapton a écrite pour son album "Slowhand" et qu'il a dédiée à son "grand amour" Pattie Boyd (Layla) en 1977. Mais c'est "Tears in heaven", la chanson qui a pris le dessus sur le domaine des funérailles.

WHO WANTS TO LIVE FOREVER (QUEEN) 

Cette superbe chanson est toujours liée à la mort de Freddie Mercury, mais en fait elle a été écrite par le guitariste Brian May pour le thème central du film "Highlander", le film des immortels. le film des immortels, dont Sean Connery. La chanson est également apparue sur l'album "A Kind of Magic" de Queen's en 1986. L'excellent arrangement orchestral a été dirigé par le regretté Michael Kamen. Il existe une formidable version de Pavarotti. Pendant ce temps, la chanson règne en maître et s'entend dans tout adieu familial.

WE'LL MEET AGAIN (VERA LYNN)

Cela rétrécit l'âme quand on entend le thème du générique du film "Dr. Strangelove" de Stanley Kubrick. La bombe atomique tombe sur la Russie, sur le dos du soldat américain, tandis que la mélodie sonne avec des phrases effrayantes comme : "Je te reverrai, je ne sais pas quand, je ne sais pas où". Vera Lynn a chanté cette chanson en 1939, pour une comédie musicale du même titre, mais elle est ensuite devenue l'esprit et les condoléances des morts de la Seconde Guerre mondiale, car elle était toujours diffusée sur le BBC War Bulletin. Il existe une version glorieuse de Johnny Cash, enregistrée peu avant sa mort. Aujourd'hui, elle continue d'être une chanson parfaite pour nos morts bien-aimés.

Les 10 chansons les plus utilisées pour des funérailles - 2

ALWAYS ON MY MIND (ELVIS PRESLEY)

La chanson a été écrite par l'un de mes auteurs préférés des années 60, Wayne Carson, un guitariste des montagnes du Colorado, qui s'est imprégné de la musique de Nashville. Il a d'abord écrit deux chefs-d'œuvre pour les Box Tops d'Alex Chilton, à savoir "The Letter" et "Neon Rainbow". Enfin, son chef-d'œuvre, écrit en dix minutes seulement, est arrivé dans un studio de Nashville. La chanson s'intitulait "Your were always on my mind". Brenda Lee en a fait un petit tube en 1972, bien que Gwen Mc Crae l'ait déjà chanté auparavant. Mais Elvis Presley s'en est emparé la même année et en a fait un classique pour les sentiments funéraires. Pet Shop Boys a fait une excellente version.

WE HAVE ALL THE TIME IN THE WORLD (LOUIS ARMSTRONG)

Nous avons manqué l'une des meilleures scènes d'un James Bond, lorsque George Labenzy a pleuré à la place de Sean Connery la mort de sa jeune épouse Diana Rigg, dans "On Her Majesty's Secret Service". Mais comme John Barry lui-même me l'a dit, nous avions une chanson merveilleuse, avec son idole Louis Armstrong, qui a chanté cet air sensationnel quelques semaines avant sa mort. Il est d'une qualité intemporelle, le meilleur cri pour la perte d'un être cher. Il y a eu de nombreuses versions, mais aucune comme celle d'Armstrong, dans la bande originale du premier film de 007, sans Sean Connery.

STAIRWAY TO HEAVEN (LED ZEPPELIN)

Personne n'a compris pourquoi Robert Plant s'est plongé dans le monde de l'antiquaire anglais Lewis Spencer et, plus précisément, dans son livre "Art in British Celtic" pour jouer avec cette parole qui, effectivement, a emmené Led Zeppelin au ciel. C'est l'une de ces rares chansons qui deviennent parfaites. Même s'il pèse encore que l'introduction est un plagiat du "Taureau", le thème instrumental de l'esprit californien. Le fait est que Jimmy Page a fait cet escalier vers le ciel, avec ses arpèges, avec ses gammes d'accords. Et il est curieux que de nombreuses personnes précisent dans son testament et exigent que cette chanson soit jouée à ses funérailles.

KNOCKING´ON HEAVEN´S DOOR (BOB DYLAN)

C'est magnifique, épique et sentimental le plan de Sam Pepickanh dans son film "Pat Garret and the Billy the Kid", où apparaît ce grand petit chef-d'oeuvre de Bob Dylan, qui joue également dans le film comme un membre de plus du groupe de Billy, the Kid. Une chanson de seulement quatre accords, mais qui reflète la fin d'un shérif, avec la merveilleuse phrase de Dylan : "Maman, enlève l'étoile du shérif, parce que je ne pourrai jamais l'utiliser. C'est juste frapper à la porte du paradis". Qui ne frappe pas à la porte du ciel le jour de sa mort ? C'est la plus grande de toutes les chansons funéraires. Une chanson pratiquement parfaite.

A lire aussi ...