Quelles sont les origines de Catrina - 1

La mort qui est ornée de fleurs colorées, de motifs décoratifs et de robes élaborées est une image si étroitement liée au Jour des morts que beaucoup ne conçoivent plus la célébration des 1er et 2 novembre sans le caractère de la tête de mort souriante : La Catrina.

Cette dame de la mort a été si omniprésente au Mexique qu'elle est devenue une icône de la culture du pays.

Bien que la célébration du Jour des Morts ne soit pas unique au Mexique, le personnage presque mythique de La Catrina est, immortel dans son costume victorien, son chapeau fleuri et son expression moqueuse.

Mais d'où vient La Catrina ?

Des études historiques et anthropologiques ont montré que les célébrations consacrées aux morts partagent non seulement une pratique cérémonielle ancienne dans laquelle coexistent les traditions catholique et précolombienne, mais aussi des manifestations qui sont soutenues par la pluralité ethnique et culturelle du pays.

Selon le calendrier préhispanique, chaque divinité a parrainé un espace de temps spécifique. Les offrandes de Mictlantecuchtli, seigneur des morts, coïncidaient avec le mois de novembre dans le calendrier grégorien. Les Espagnols, dans leur mission d'institutionnalisation du christianisme en terre méso-américaine, ont décidé de lier les deux visions, engendrant un syncrétisme très complexe qui a donné vie à certaines fêtes comme le Jour des Morts.

C'est à cause de ce mélange culturel qu'il est aujourd'hui impossible d'imaginer une offrande sans croix, sans la photo du défunt et sans fleurs de cempasúchil.

La tradition indique que l'autel commence à être monté à partir du 30 ou 31 octobre et reste jusqu'au 2 ou 3 novembre selon la région du Mexique

Avec un mélange de réminiscences de l'héritage hispanique et d'éléments précoloniaux, La Catrina a une connotation critique qui transcende le Jour des Morts.

C'était du moins l'intention du dessinateur mexicain José Guadalupe Posada lorsqu'il a conçu le personnage de "La Calavera Garbancera" au début du XXe siècle comme une moquerie des vendeurs de pois chiches, les nouveaux riches qui ont adopté un mode de vie européen et renié leurs racines indigènes.

Dans sa revue, Posada caricature un crâne souriant, vêtu d'un chapeau à large bord orné de fleurs et de plumes.

"La mort est démocratique, parce qu'au bout du compte, que vous soyez güera, morena, riche ou pauvre, tous les gens finissent par être des crânes", écrivait Posada, qui travaillait pour les journaux de l'époque et utilisait ses célèbres crânes pour se moquer de la classe politique et des prétentions sociales dans une vaste collection de caricatures critiques.

Des décennies plus tard, Diego Rivera a rebaptisé la "Calavera Garbancera" "La Catrina" et a transformé la caricature de Posada en la quintessence de l'image mexicaine de la mort qui est maintenant connue dans son œuvre "Sueño de una tarde dominical en la Alameda Central" (Rêve d'un dimanche après-midi à la Alameda Central).l convient de noter que le mot "catrín" a été utilisé pour décrire un homme habillé de manière élégante.

Dans la fresque créée entre 1946 et 1947, l'actuelle Catrina se trouve au centre, entourée de divers personnages de l'histoire mexicaine. Et prenant la muraliste par la main, elle apparaît pour la première fois en entier, portant les vêtements victoriens qui la caractérisent encore aujourd'hui.

Quelles sont les origines de Catrina - 2

Les célébrations de La Catrina à notre époque

Aujourd'hui, les manifestations de Catrina sont aussi variées que l'imagination le permet.

Que ce soit dans sa robe victorienne caractéristique, sa coiffe à fleurs, son costume indigène, ses éléments folkloriques ou comme allusion à un défunt célèbre, les hommages à la dame de la mort se manifestent dans l'embellissement de la forme du crâne ou "calaca" comme l'appellent les Mexicains.

Et le jour des morts, déclaré patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO, il est courant de voir au Mexique des défilés de personnes rendant hommage à La Catrina.

Le pain du mort

Son origine remonte à l'époque préhispanique. Depuis lors, on ne l'utilise que pour les offrandes préparées avec des graines d'amarante moulues, grillées et on dit qu'elles étaient baignées du sang des personnes sacrifiées en l'honneur des dieux Izcoxauhqui ou Huehuetéotl.

Ce type de pain n'était plus fabriqué lors de la conquête espagnole au Mexique, car les Espagnols ont rejeté ce rituel et ont commencé à faire du pain de blé, en forme de cœur, en le baignant dans du sucre et en le cuisant en rouge, c'était une façon pittoresque de mourir, outre le fait qu'ils mangeaient le pain.

Moquerie littéraire de la mort

L'esprit de moquerie envers la mort manifesté par La Catrina se retrouve également dans la tradition mexicaine de partage des "calaveritas literarias", courts textes, originaires du XIXe siècle, qui dépeignent la réalité d'une situation, d'une personne ou d'un pays avec un style irrévérencieux.

Autant peut-être, que de faire de la mort une caricature et une célébration. Le jour des morts, il est courant que la famille et les amis s'offrent un crâne littéraire en guise de plaisanterie amicale.

Après tout, l'objectif de La Catrina et du Jour des Morts est de considérer la mort comme un élément unificateur et un aspect naturel de la vie.

Une tradition menacée de disparaître

L'une des traditions menacées du Mexique est celle des "calaveras", autrefois appelées "panteones".

Les crânes sont comme une épitaphe-épigramme laconique, dit Eduardo del Río "Rius" de Zamorano, et sont écrits sous la forme d'un vers dédié aux amis, à la famille ou aux connaissances uniquement le jour des morts. Une de ses caractéristiques est qu'elle constitue une opportunité d'exprimer ce que l'on pense de l'autre, des espaces, des fonctions ou des choses, d'un régime du passé et du présent. Il n'est pas facile de dire ce que l'on pense des autres, c'est pourquoi les crânes sont une forme de littérature courageuse.

Cette forme d'écriture s'est développée depuis le XIXe siècle. Au fur et à mesure qu'elle s'est renforcée au siècle dernier, les crânes ont commencé à être censurés par les gouvernements au pouvoir car un grand nombre d'entre eux servaient de critique aux fonctionnaires, puisqu'ils montraient le mécontentement qui régnait parmi les gouvernés. La police a confisqué ou détruit un grand nombre d'entre eux, de sorte qu'il n'est pas facile de les trouver dans les bibliothèques de journaux.

A lire aussi ...