Pourquoi sommes-nous fascinés par les têtes de mort - 1

Ils disent que pour apprécier la vie, il faut être pleinement conscient de son antithèse, la mort, et c'est peut-être pour cela que l'art macabre pourrait être considéré comme la meilleure et la plus authentique exaltation de la vitalité et de l'existence humaines. Sans aucun doute, l'un de ses emblèmes les plus immortels est le crâne, fidèle ambassadeur du caractère sombre et lugubre qui rappelle le porteur de la faux à travers des représentations funéraires historiques. Cependant, sous ses formes anguleuses et osseuses se cache une large symbolique et des connotations insinuantes qui en font un élément redouté, mais aussi vénéré et irrésistible, dans le monde de l'art et du design.

Symbole de la pensée, de la force vitale et de l'esprit, le crâne a joué un rôle de premier plan dans de nombreuses légendes européennes et asiatiques tout au long de l'histoire. Cependant, il émane de multiples autres symboles car il reflète également la voûte céleste à certaines occasions, dans d'autres, l'expiration de la vie humaine comme en témoignent leurs apparitions dans des mythes littéraires célèbres tels que "Hamlet" ou "Faust".

Il peut être un symbole de l'ouverture vers une nouvelle voie de vastes connaissances, comme dans la franc-maçonnerie ; ou un élément pour effrayer les intrus dans les cimetières. Une fois accompagné de deux grands os qui l'ennoblissent, il devient le protagoniste du drapeau pirate, connu sous le nom de "Jolly Roger", et de certaines sociétés secrètes, comme la Skull and Bones Society de Yale.

Cette aura de mysticisme et de spiritualité est peut-être ce qui a séduit de nombreux designers et artistes qui ont exprimé leur admiration, ou peut-être leur peur, des crânes dans des créations inégalées et inspirantes et qui nous invitent à nous immerger dans le monde original du Skull Art.

Pourquoi sommes-nous fascinés par les têtes de mort - 1

Quand les artistes mettaient à l'honneur les têtes de mort

Dalí lui-même n'a pas résisté à l'envie de s'immortaliser à leurs côtés dans "In Voluptas Mors" ("La mort voluptueuse"), un portrait surréaliste réalisé en collaboration avec le photographe Philippe Halsman, qui a mis plusieurs heures à être immortalisé en raison de la complexité de sa composition. Avec l'aide d'artistes légendaires, nous ne pouvons pas ignorer la culture "calavérique" du Mexique, avec José Guadalupe Posada comme représentant principal : ce graveur, illustrateur et caricaturiste mexicain a fêté son centenaire l'année dernière. Cependant, si nous parlons du Mexique, une section spéciale mérite les crânes en sucre ou "petits crânes mexicains" si présents le jour des morts et caractérisés par leur couleur marquée et une profusion vivante qui sont également devenus essentiels dans l'art du tatouage aujourd'hui.

On ne peut parler de crânes sans mentionner Damien Hirtst, un artiste britannique qui appartient au groupe "Young British Artists" et dont la fascination s'est matérialisée il y a quelques années par la création d'un crâne en platine avec 8 601 diamants incrustés ; une œuvre inspirée d'une pièce d'origine aztèque et qui a été évaluée à 72 millions d'euros. L'auteur a donné un titre à son œuvre : "Pour l'amour de Dieu" ; mais elle a également donné un autre titre à son créateur : être l'artiste vivant avec le travail le mieux payé.

Il y a un an, Hirst a publié, sous le titre "For the Love of Comic Relief", une édition limitée de 50 lithographies pour célébrer le 25e anniversaire du "Red Nose Day", dans laquelle il a modifié son œuvre la plus mythique avec l'élément de cirque si emblématique. Un autre britannique passionné par le crâne lugubre, Alexander McQueen, a fait signer une réinterprétation de son crâne mythique avec le sceau personnel de Hirst sur ses célèbres foulards. Mode, bijoux, chaussures, sacs, décoration intérieure, tatouages... rien n'échappe à l'influence squelettique des crânes.

Nombreux sont les designers et les artistes qui succombent à cette "skullmania". À Malatinta, nous avons déjà parlé de Josh Harker, un artiste qui a capturé des formes incroyables grâce à la technologie d'impression 3D. Cependant, un expert qui leur a consacré une bonne partie de ses illustrations et dessins, utilisés tant dans la publicité que par plusieurs marques de textile, se distingue : les œuvres du graphiste turc Ali Gulec, inspirées de formes surréalistes et dont beaucoup s'expriment par le collage ou en incorporant des fleurs, des animaux ou des formes abstraites, parlent d'insinuation, de suggestion et d'imagination subtile.

Takashi Murakami, un artiste japonais contemporain, intègre également des crânes comme élément de base dans certaines de ses créations, comme l'exposition Flowers & Skulls qui s'est tenue à la Gagosian Gallery de Hong Kong ou la sculpture originale Fate. Avec une structure similaire, on peut rappeler les crânes de Jiri Geller ou le Chrome Reflexion de Hervé Lewis. D'autres artistes sont enclins à les faire fondre sous la coloration, comme Markus Linnenbrink ; tandis que d'autres, comme le Diddo conceptuel, optent pour la provocation pour parler de la nature animale de l'être humain et de son caractère instinctif. Ecce Animal , son crâne en cocaïne, dont la "pureté" à 15% a été déterminée en laboratoire, a été modelé selon les proportions d'un crâne humain (ses dimensions sont de 12 x 18 x 22 centimètres).

Sasha Vinogradova se distingue par sa décoration colorée, tandis que l'artiste. La graphiste et illustratrice Kristy Patterson propose également des travaux créatifs et insinuants dans ce domaine. Glen Preece, artiste britannique spécialisé dans les portraits, les dessine au crayon avec un réalisme total, tandis que Charis Tsevis, expert en mosaïques et images numériques complexes, les multiplie au maximum pour donner naissance à elle-même, une création qui a fait la couverture du magazine Discover sous le titre suggestif "You are not human" en 2011.

Sa propre symbolique évoquant la mort suscite des forces opposées : la peur, le rejet et l'aversion en découlent, ainsi que la séduction et le mystère séduisant. Les crânes ont toujours orné notre culture et notre histoire... De peur ou d'admiration, personne ne doute de l'hommage mérité dans le monde de l'art et du design. Faites-vous partie de ceux qui ont facilement peur ?

A lire aussi ...