Les Aghoris, la secte cannibale indienne qui boit dans des crânes humains - 1

Ils se promènent nus, mangent de la chair humaine, utilisent des crânes comme bols et fument de la marijuana. Ils méditent, mangent, dorment et font l'amour au milieu des cadavres brûlés dans les camps de crémation en Inde. Ils ne sortent de leur isolement que lors de la fête des bains indiens appelée Kumbh Mela.

Le flamboyant gourou indien avec des millions d'adeptes dont la condamnation pour viol a causé au moins 38 morts
"Nous ne savions rien de ces crimes" : la vie dans le Wild Wild Country, le culte controversé en Amérique
Ces "saints hommes" hindous qui vivent en marge de la société indienne sont communément appelés Aghoris.

En sanskrit, ce mot signifie "pas effrayant", ce qui n'est pas effrayant, mais les récits de leurs rituels morbides suscitent la curiosité, le dégoût et la peur chez beaucoup.

Progrès spirituel

"Le principe sous-jacent de leur pratique est de transcender les lois de la pureté pour atteindre l'illumination spirituelle et être un avec Dieu", explique James Mallinson, qui enseigne le sanskrit classique et les études indiennes à la London School of African and Oriental Studies.

Mallinson, qui a fait ses études à Oxford et à Eton, est également un mahant ou gourou ordonné, avec un culte ascétique différent. Son groupe est plus dominant et respecte les lois de pureté, ce qui signifie que les pratiques aghories sont interdites. Mais il a eu plusieurs interactions avec eux.

"L'approche des Aghoris consiste à assumer les tabous évidents et à les briser. Ils rejettent les notions normales de bien et de mal", explique-t-il.

"Leur chemin vers le progrès spirituel implique des pratiques folles et dangereuses, comme manger de la chair humaine et même leurs propres excréments. Mais ils croient qu'en faisant ces choses que les autres évitent, ils atteignent un état de conscience supérieur", ajoute-t-il.

Origines

Les traditions pratiquées aujourd'hui semblent être d'origine récente : le mot Aghori n'a commencé à se renforcer qu'au XVIIIe siècle. Mais ils ont assimilé un certain nombre de pratiques des redoutables ascètes Kapalikas (littéralement "porteurs de crânes"), qui ont été documentées depuis le septième siècle.

Les Kapalikas pratiquaient même des sacrifices humains, mais cette secte n'existe plus. Contrairement à certains ordres hindous bien connus, les Aghoris ne sont pas très bien organisés. La plupart du temps, ils vivent dans l'isolement et ne font pas facilement confiance aux étrangers. Ils n'ont même pas de contact avec les membres de leur propre famille et la plupart d'entre eux sont issus de castes inférieures.

"On peut trouver une grande variété en termes de réalisations intellectuelles. Peu d'entre eux sont vraiment tranchants, mais un Aghori a même été conseiller du roi du Népal", dit Mallinson.

Les Aghoris, la secte cannibale indienne qui boit dans des crânes humains - 2

Des pratiques sans tabous

Manoj Thakkar, auteur du livre "Aghori : A Biographical Novel", affirme qu'ils sont un groupe profondément incompris.

"Ce sont des gens très simples qui vivent avec la nature. Ils ne demandent rien", dit-il. "Ils voient tout comme la manifestation d'un être suprême. Ils ne rejettent ni ne haïssent personne ni rien. C'est pourquoi ils ne font pas de distinction entre la chair d'un animal abattu et la chair humaine. Ils mangent ce qui est là", dit-il.

Les sacrifices d'animaux constituent également une part importante de leur culte. "Ils fument de la marijuana et pourtant ils essaient d'être gênés, même dans un état d'hyper-excitation.

Un petit groupe

Mallinson et Thakkar pensent tous deux que très peu de personnes pratiquent réellement le système de croyances aghori.

Ils affirment que beaucoup de ceux qui se produisent lors des festivals de bains rituels sont des membres autoproclamés de la secte, mais sans véritable initiation. Certains, disent-ils, agissent comme des Aghoris pour divertir les touristes et les pèlerins et pour gagner des pourboires.

"Une des victimes tenait à peine debout" : la secte en Italie qui a forcé ses membres à suivre un régime macrobiotique strict Les fidèles leur offrent de la nourriture et de l'argent, mais Thakkar dit que les vrais Aghoris sont indifférents à l'argent.

"Ils prient pour le bien-être de tous. Ils ne se soucient pas des gens qui veulent leur bénédiction pour un enfant ou pour construire une maison. Les Aghoris vénèrent principalement Shiva, le dieu hindou de la destruction et son épouse Shakthi. Au Bengale, on peut les voir vivre dans le cimetière.

"La plupart des gens craignent la mort. Les lieux de crémation symbolisent la mort. C'est le point de départ pour un Aghori. Ils veulent remettre en question la morale et les valeurs de l'homme de la rue", ajoute M. Thakkar.

Dans le nord de l'Inde, seuls les hommes sont admis dans la secte. La plupart vivent nus, mais là où les femmes sont acceptées, elles portent maintenant des vêtements.

Un vrai service social

Au cours des dernières décennies, la tradition aghorie a repris les idées des grands mouvements religieux et a commencé à fournir des services médicaux aux lépreux. "Les Aghoris travaillent avec ceux qui sont considérés comme les personnes les plus intouchables de l'humanité", explique Ron Barrett, anthropologue médical et culturel.

"Dans un sens, la clinique de traitement de la lèpre a pris la place des sites de crémation, mais au lieu de la peur de la mort, les Aghoris assument la peur de la maladie", ajoute-t-il dans un entretien avec Emory Report. Les lépreux, dont beaucoup sont abandonnés par leur famille, trouvent refuge dans l'hôpital dirigé par les Aghoris dans la ville de Varanasi.

Les patients reçoivent des thérapies allant de la médecine ayurvédique (une forme traditionnelle de médecine alternative) et des bains rituels à la médecine occidentale moderne.

Mais certains Aghoris utilisent également les téléphones portables et les transports publics. De plus en plus, beaucoup portent au moins quelques vêtements lorsqu'ils visitent des lieux publics.

A lire aussi ...