Quelles sont les origines des zombies - 1

L'origine des zombies remonte à Haïti, au vaudou et aux esclaves noirs, mais aussi à l'Angola et au Congo, et ils ont rampé jusqu'à nos jours !

Les créatures du moment, les zombies, sont devenus l'un des monstres préférés des jeunes et des moins jeunes, en conquérant de grands espaces dans la bande dessinée, le cinéma, les jeux vidéo et la télévision, ce qui montre leur indiscutable popularité et en fait, avec les vampires peut-être, les créatures cauchemardesques les plus récurrentes dans notre culture.

Peu de gens, cependant, connaissent la véritable histoire des morts-vivants et savent comment ils sont devenus. Voici quelques conseils pour vous aider à les connaître et à savoir ce qui vous attend lorsque vous irez au cinéma ou que vous allumerez la télévision.

Zombie, Nzambi, Nvumbi, Nsumbi

Il existe de nombreux mots dans la langue africaine dont pourrait provenir le mot "zombie".

En congolais, en angolais, ou même en yoruba, ils ont tous en commun leur utilisation pour un mauvais esprit, un démon qui habite les corps humains ou, aussi, pour les corps sans âme qui les habitent.

Une piste qui peut être suivie jusqu'à l'Amérique coloniale et surtout jusqu'à des régions comme les Caraïbes, à la fois espagnoles et françaises, où les esclaves amenés par les conquérants européens et, avec eux, leurs différentes formes de religion, sont allés donner.

Un processus de syncrétisme entre celles-ci et les traditions catholiques a abouti au vaudou, à la santeria et aux diverses formes d'expression mystique qui subsistent encore.

La racine, à proprement parler, du phénomène des zombies est censée remonter à l'Haïti coloniale, où la tradition vaudou s'est largement répandue parmi les travailleurs esclaves des plantations de coton, après que l'île ait été prise aux Espagnols par la France au cours du 17e siècle.

Ce n'est pas un hasard si Haïti est considérée comme le point de départ du mythe, puisque cette société majoritairement noire a été le témoin d'une violente rébellion des esclaves à la fin du XVIIIe siècle, mécontents de leur exclusion des conquêtes de la lutte pour l'indépendance, dans ce qu'on a appelé la Révolution haïtienne et qui a eu comme moment initial une concentration à Bois-Cayman où le prêtre vaudou Dutty Boukman a offert une cérémonie. Sous sa direction, la rébellion a assailli le pouvoir, massacré tous les blancs et détruit toutes les haciendas qui étaient un symbole de l'oppression.

Les zombies en tant que phénomène de masse

Cette courte histoire haïtienne n'est pas une coïncidence dans l'origine des zombies. Il existe de nombreux témoignages de l'époque, généralement par des blancs comme Spencer St. John, qui documentent la présence de jeunes hommes noirs sacrifiés puis ressuscités grâce à des potions de magie noire, mis au travail dans les champs sans offrir la moindre résistance.

Ce sont les premières mentions du zombie dans la culture occidentale, qui occupera plus tard une place prépondérante dans les histoires post-coloniales, versionnées beaucoup plus tard dans des films comme Je marche avec un zombie (de Jacques Tourneur, 1943).

Ces premières histoires avaient en commun l'idée que des Noirs rancuniers pouvaient infecter les maîtres blancs avec leur magie et, après avoir volé leur volonté, les transformer en zombies qui travailleraient la terre à leurs côtés.

Quelles sont les origines des zombies - 2

Une explication scientifique

Wade Davis, ethnobotaniste et anthropologue de l'université de Harvard, est parti en 1982 à la découverte du secret du mythe des zombies. Ses recherches l'ont conduit à Haïti et à Clairvius Narcisse, un noir présumé cliniquement mort en 1962, puis retrouvé en 1980, vivant, travaillant comme ouvrier de plantation.

Il aurait été transformé en zombie par un prêtre vaudou engagé par son frère, séparés par des problèmes d'affaires et d'héritage.

L'histoire, aussi crue qu'elle puisse paraître, avait une explication raisonnable, et Davis l'a trouvée en analysant un échantillon de la prétendue potion vaudou.

Le mélange contenait des niveaux très élevés d'une substance appelée tétrodotoxine, une neurotoxine rapide et mortelle que l'on trouve dans certaines espèces marines comme le poisson-globe.

Cette substance a permis aux prêtres de laisser la victime paralysée à un niveau de vie indétectable, puis de la déterrer, en lui donnant une pâte hallucinogène faite de patate douce, de sirop de sucre et d'extrait d'une plante locale, appelée à juste titre Concombre Zombie.

Avec ce composé, elle a réussi à ranimer le corps, tout en le maintenant dans un état de désorientation et de confusion, d'amnésie et de perte de volonté, semblable aux effets de la burundanga ou de la scopolamine. De cette façon, le supposé sort a été exécuté et des esclaves ont été fabriqués.

Maintenant vous connaissez l'histoire secrète derrière l'histoire des zombies...

Les zombies dans l'Histoire coloniale

Les nations impériales du Nord sont devenues obsédées par le vaudou en Haïti pour une très bonne raison.

Les conditions dans les colonies françaises étaient si horribles, le taux de mortalité des esclaves si élevé, qu'une rébellion d'esclaves finit par renverser les maîtres en 1791.

Rebaptisée Haïti et séparée de la République dominicaine, la nation est devenue la première république noire indépendante après une longue guerre révolutionnaire en 1804.

Haïti était constamment diabolisé comme un endroit violent, superstitieux et mortel, car son existence même était un affront aux empires européens. Tout au long du XIXe siècle, les rapports sur le cannibalisme, les sacrifices humains et les dangereux rites mythiques se sont multipliés.

Ce n'est qu'au XXe siècle, après l'occupation d'Haïti par les États-Unis en 1915, que ces histoires et rumeurs ont commencé à être synthétisées dans l'idée du "zombie". Les forces américaines ont systématiquement tenté de détruire la religion indigène du vaudou, ce qui, bien sûr, n'a fait que renforcer leur puissance. Il est significatif que "Le zombie blanc" soit apparu en 1932, juste à la fin de l'occupation américaine d'Haïti (les troupes sont parties en 1934).

A lire aussi ...