Pourquoi les Mayas avaient des crânes plats - 1

À la naissance de l'enfant, la femme maya le couchait dans un berceau et lui attachait la tête, l'abdomen et les jambes très serrés. Cela a initié le processus de déformation crânienne, qu'il était fondamental de mettre en œuvre dès les premiers jours de la naissance du nourrisson afin de tirer profit de la plasticité du crâne.

Dès les premiers jours de la naissance, le nourrisson a été initié au processus de déformation du crâne.

Lorsque l'enfant a commencé à grandir, le compresseur a été remplacé par une presse avec des tables libres qui étaient attachées à la tête, permettant une liberté de mouvement.

Fray Diego de Landa, dans sa Relación de las cosas de Yucatán, décrit ainsi le processus de modification du crâne :

(...) quatre ou cinq jours après sa naissance, la petite créature était placée sur un petit lit fait de tiges, et là, à l'envers, sa tête était placée entre deux lattes : l'une sur la nuque et l'autre sur le front, entre lesquelles elle était pressée si récemment et y restait en souffrance jusqu'à ce que, après quelques jours, sa tête soit laissée à plat et moulée, comme ils le faisaient tous. ...] Et quand ils eurent enlevé le supplice de leur front et de leur tête, ils allèrent avec eux chez le prêtre, afin qu'il puisse voir leur fée et leur dire la fonction qu'ils devaient avoir, et leur donner le nom qu'ils devaient porter au moment de leur enfance.

Mais quelle était la signification de la déformation du crâne pour les Mayas ?

Une des raisons possibles de la signification de la déformation crânienne pour les Mayas, est que dans les anciens peuples mésoaméricains, on croyait que la raison et la conscience se trouvaient dans la partie supérieure de la tête.

Et qu'il devrait être harmonisé avec certains organes vitaux comme le cœur qui était, pour eux, le centre de l'âme du corps humain. Cela aurait pu être réalisé par la pratique de la déformation crânienne.

En même temps, la déformation crânienne a préparé la créature à son intégration dans la société et à la place qu'elle allait occuper dans le cosmos.

"Ainsi, par des actes tels que l'imposition du nom ou hetz mek, l'enfant était préparé à son intégration spirituelle et professionnelle au sein de la communauté ; surtout, l'acte de nommer établissait l'identité dans le cosmos maya, tout en soulignant les différences entre les trajectoires que les enfants devaient suivre". (Vera Tiesler)

D'autres pratiques liées à l'identité des communautés mayas sont liées à la scarification faciale, au strabisme ou à la décoration dentaire. Toutes ces traditions étaient très courantes chez les anciens Mayas.

La déformation crânienne et l'idéal de beauté chez les Mayas

Bien que moins soutenue, il existe une théorie selon laquelle la tradition de déformation du crâne chez les Mayas était l'idéal de beauté.

L'historien Francisco del Paso y Troncoso décrit ainsi les Mexicains de La Colonia :

"Ils se caractérisent par leur présence physique modeste, par la couleur brune, par les grands yeux, par le front large, par le nez, par le cou plat, bien que cela soit dû à l'action des parents [...] [ils] considèrent en fait que les fronts de cheveux petits et riches sont un indicateur de beauté [...]".

Cependant, dans l'exposition "Mayas, le langage de la beauté. Cross Cultures", présenté courant 2017 au Musée national d'anthropologie, il a été montré que les relations de modifications corporelles sont davantage associées à des divinités.

En ce sens, la déformation du crâne, serait liée au dieu du maïs ; le strabisme, au dieu du soleil ; et la décoration des dents au dieu du vent.

Pourquoi les Mayas avaient des crânes plats - 2

Une expédition pour confirmer ces études

L'expédition de la Ruta Quetzal s'est penchée sur la physionomie des anciens Mayas et a découvert la technique de déformation du crâne, grâce à laquelle les hommes, les femmes et les enfants parvenaient à allonger la tête et à atteindre ainsi leur idéal de beauté.

Les jeunes membres de l'expédition ont eu l'occasion de contempler les crânes qui sont conservés au Musée de la culture maya à Mérida, capitale de l'État mexicain du Yucatán, et d'apprendre les méthodes que les Indiens mésoaméricains utilisaient pour réaliser ces déformations.

Pendant longtemps, les experts de cette civilisation ont pensé que les Mayas modifiaient l'apparence de leurs têtes, en les allongeant, car ils devaient porter de grandes coiffures. Cependant, plus tard, ils ont trouvé un autre type de crâne, avec des déformations beaucoup plus arrondies que les précédentes.

Comme les guides du musée l'ont expliqué aux "routeurs", dans les deux cas, la technique utilisée par les Mayas était celle de l'écrasement en plaçant deux planches, étroitement liées par des bandages, sur le devant et l'arrière de la tête.

La déformation des crânes commençait très tôt et était une pratique habituellement appliquée aux nouveau-nés. Outre les crânes, principalement d'enfants, les textes du franciscain espagnol Diego de Landa (1524-1579) offrent plus de détails sur la technique utilisée par les Mayas.

Il y décrit la façon dont les petits étaient placés peu après la naissance sur un lit fait de tiges et là, face vers le bas, leur tête était placée entre deux planches, situées à l'avant et à l'arrière, jusqu'à ce qu'ils atteignent la forme désirée.

Mais outre l'allongement ou l'arrondissement de leur crâne, les Mayas décoraient également leurs dents de petits disques de jade, de coquillage ou de corail. Ils aimaient se faire tatouer le visage en noir ou en rouge, selon qu'ils étaient célibataires ou mariés, et ils faisaient des scarifications, de petites coupures dans la peau qui, une fois fermées, laissaient une cicatrice.

Avec la déformation crânienne, le strabisme est devenu un autre canon de beauté surprenant. Pour faire loucher leurs enfants, les mères mayas suspendaient à leurs cheveux de petites boules de résine qui leur tombaient sur les yeux et les obligeaient à les tordre.

Les restes de squelettes trouvés dans les principales villes anciennes du Yucatan ont également permis aux archéologues de connaître certaines maladies dont souffraient ses habitants. Jusqu'à présent, différents types ont été identifiés comme l'arthrite, la tuberculose, la syphilis, les fractures osseuses et certaines affections, comme le scorbut, causées par des carences alimentaires.

A lire aussi ...